Qui nous sommes

Nous sommes trois filles qui se sont rencontrées à Rustymonde il y a quelques années. Chacune d’entre nous est arrivée là pour une raison différente, mais une chose nous a unies, c’est que nous nous sommes retrouvées dans une situation très difficile dans la vie, avec presque aucun espoir d’amélioration. C’est alors que Rustymonde nous a pris sous son aile. C’est ainsi que nous nous sommes rencontrées et que tout a commencé. Alors quand nous nous sommes remis sur pied après un certain temps, nous nous sommes dit que nous aimerions donner quelque chose en retour à Rustymonde. Et c’est ainsi que le projet VEN a vu le jour, avec tout ce que nous avons appris à Rustymonde.

Nous produisons et créons divers produits à partir de déchets et de matériaux de récupération, en particulier des textiles. Dans une moindre mesure, des choses aussi en bois ou en métal. Comme il s’agit de créations uniques faites à la main, nous les abordons également de cette manière. C’est pourquoi nous avons choisi une forme de présentation qui s’apparente à celle que l’on peut voir dans les galeries d’art. Tous les produits sont donc exposés en premier lieu, et non vendus ; ils ne sont vendus qu’en second lieu, et donc seulement après avoir rempli leur potentiel et leur rôle d’exposition. Il y a plusieurs raisons à cela. La première est que nous sommes entrés dans des eaux inexplorées et que notre travail est donc également lié à une certaine analyse et recherche de l’opinion publique. La fonction de l’exposition n’est pas de promouvoir ou de montrer notre travail, mais d’ouvrir un dialogue avec nos clients potentiels. Nous voulons partager pourquoi et comment nous faisons les choses, et nous voulons savoir s’il est réaliste de mettre un prix spécifique, si quelqu’un voulait comprendre notre idée, et si quelqu’un l’apprécierait.

Chaque pièce est originale et n’est jamais créée dans les mêmes conditions. De plus, créer à partir de déchets, paradoxalement pour beaucoup, demande beaucoup plus de temps et de consommation d’énergie globale. D’autant plus s’il est décoré à la main. Par conséquent, pour créer un seul T-shirt dans notre atelier, il ne suffit pas de commander des rouleaux de tissu sur Internet, puis de découper les rouleaux selon le modèle et enfin de coudre les pièces ensemble (comme dans l’approche conventionnelle). Au contraire, nous devons rechercher, collecter, regrouper et trier durablement et systématiquement des tas de déchets et de matières récupérées diverses, que nous trions et découpons ensuite en morceaux utilisables à partir de tas de matériaux par ailleurs inutilisables. Ces pièces sont ensuite pliées et cousues ensemble afin de créer un grand tissu continu dans lequel nous pouvons faire la découpe selon un patron spécifique. Ainsi, finalement, après tout ce long travail, la partie couture finale n’est plus que plaisir, et ce même si la coupe est beaucoup plus complexe à manipuler que dans l’approche conventionnelle, Chaque tissu est différent, et nous ne savons jamais quels tissus nous obtiendrons, chacun se comporte différemment, et tous ne peuvent pas être combinés les uns avec les autres. Selon ce principe, nous pouvons produire un T-shirt en un temps où nous en produirions 10, voire plus, de manière classique. Nous ne pouvons donc pas les vendre de manière classique, car le prix d’un tel T-shirt devrait être 10 fois plus élevé en termes réels. Nous sommes conscients que presque personne ne nous paiera 10 fois le prix d’un T-shirt, qui serait en plus cousu à partir de plusieurs morceaux de matière récupérée. Nous avons donc compris que si nous ne voulions pas travailler à un taux horaire de quelques centimes, nous devions mettre en lumière l’essence de ce que nous faisons et trouver une communauté de personnes qui comprendraient notre approche.

Nous produisons et créons divers produits à partir de déchets et de matériaux de récupération, en particulier des textiles. Dans une moindre mesure, des choses aussi en bois ou en métal. Comme il s’agit de créations uniques faites à la main, nous les abordons également de cette manière. C’est pourquoi nous avons choisi une forme de présentation qui s’apparente à celle que l’on peut voir dans les galeries d’art. Tous les produits sont donc exposés en premier lieu, et non vendus ; ils ne sont vendus qu’en second lieu, et donc seulement après avoir rempli leur potentiel et leur rôle d’exposition. Il y a plusieurs raisons à cela. La première est que nous sommes entrés dans des eaux inexplorées et que notre travail est donc également lié à une certaine analyse et recherche de l’opinion publique. La fonction de l’exposition n’est pas de promouvoir ou de montrer notre travail, mais d’ouvrir un dialogue avec nos clients potentiels. Nous voulons partager pourquoi et comment nous faisons les choses, et nous voulons savoir s’il est réaliste de mettre un prix spécifique, si quelqu’un voulait comprendre notre idée, et si quelqu’un l’apprécierait.

Chaque pièce est originale et n’est jamais créée dans les mêmes conditions. De plus, créer à partir de déchets, paradoxalement pour beaucoup, demande beaucoup plus de temps et de consommation d’énergie globale. D’autant plus s’il est décoré à la main. Par conséquent, pour créer un seul T-shirt dans notre atelier, il ne suffit pas de commander des rouleaux de tissu sur Internet, puis de découper les rouleaux selon le modèle et enfin de coudre les pièces ensemble (comme dans l’approche conventionnelle). Au contraire, nous devons rechercher, collecter, regrouper et trier durablement et systématiquement des tas de déchets et de matières résiduelles diverses, que nous trions et découpons ensuite en morceaux utilisables à partir de tas de matériaux par ailleurs inutilisables. Ces pièces sont ensuite pliées ensemble et cousues afin de créer un tissu continu pour une coupe spécifique. Ainsi, la couture selon la coupe, même si elle est beaucoup plus compliquée que dans l’approche conventionnelle, devient un plaisir. Chaque tissu est différent, et nous ne savons jamais quels tissus nous obtiendrons, chacun se comporte différemment, et tous ne peuvent pas être combinés les uns avec les autres. Selon ce principe, nous pouvons produire un T-shirt en un temps où nous en produirions 10, voire plus, de manière classique. Nous ne pouvons donc pas les vendre de manière classique, car le prix d’un tel T-shirt devrait être 10 fois plus élevé en termes réels. Nous sommes conscients que presque personne ne nous paiera 10 fois le prix d’un T-shirt, qui serait en plus cousu à partir de plusieurs morceaux de matière récupérée. Nous avons donc compris que si nous ne voulions pas travailler à un taux horaire de quelques centimes, nous devions mettre en lumière l’essence de ce que nous faisons et trouver une communauté de personnes qui comprendraient notre approche.

NÔTRE ÉQUIPE

Maruška

J’aime créer depuis mon enfance. J’ai étudié l’art au lycée et à l’université, et malgré de nombreux résultats scolaires, des prix et un diplôme universitaire, je manquais de sens et de la satisfaction associée (pas seulement) à mon travail. Je refusais souvent de collaborer avec des gens qui réussissainent, et parce que je ne voulais pas faire partie de la machine à consommer, j’ai décidé après l’université de me lancer dans les affaires avec une vision, de faire les choses différemment, ce que je n’ai finalement pas réussi. Je tournais constamment dans un cercle sans espoir de dépression et de frustration, qui ne faisait que s’intensifier avec les problèmes croissants de ma vie personnelle et familiale. C’est à Rustymonde que j’ai trouvé ma voie pour sortir du cercle et que j’ai appris, entre autres, à créer de manière responsable, réfléchie et utile pour notre environnement. Je suis très enthousiaste à propos du projet VEN, où je peux maintenant mettre en œuvre tout ce que j’ai appris à RM.

 

kíťa

Après avoir obtenu un diplôme en économie, j’ai essayé de travailler à l’étranger et en République Tchèque, où j’ai passé des années dans les bureaux de différents services de vente dans le cadre de mon emploi. Après cela, j’ai dirigé une entreprise pendant quelques années, et grâce à cela, j’ai pu expérimenter ce que c’était que de travailler 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, sans avoir de frais généraux mensuels, mais aussi finalement avoir une indépendance temporelle complète avec des revenus bien plus importants que ce que je pouvais dépenser. C’était une expérience précieuse, mais rien de tout cela n’avait de sens pour moi ou ne me satisfaisait, bien au contraire, mais je ne savais pas pourquoi. À cause de cela et du point culminant de mon problème de santé de longue date, où je me suis retrouvée au bord de la vie, dépendante d’un fauteuil roulant, de béquilles et de l’aide des autres, j’ai abandonné mon entreprise en plein essor et j’ai complétement retourné ma vie à l’envers à Rustymonde. Grâce à cela, je peux à nouveau tenir sur mes pieds et marcher, et je suis heureuse de ne pas avoir à participer à l’agitation consumériste, à l’optique étrange de la façon dont on doit fonctionner dans le monde d’aujourd’hui, et de pouvoir travailler pour des projets comme RM ou VEN, où le sens est hautement supérieur à n’importe quel type de revenus. J’ai trouvé ma place où je peux être utile, me sentir bien et aimer ce que je fais, d’être parmi des « outsiders tout aussi bizarres  » et rencontrer d’autres personnes comme moi ! 😉

Týnu

J’ai passé la plus grande partie de ma jeunesse à pratiquer du sport et mon principal objectif dans la vie était l’athlétisme de haut niveau. Comme j’ai longtemps été assaillie par la dépression et des sentiments d’infériorité que je ne pouvais pas m’expliquer, j’ai essayé de les compenser en courant après les médailles, ce que j’ai fait pendant un certain temps. En raison de mon intérêt pour la biologie, j’ai décidé d’étudier la biotechnologie, mais malgré mes études réussies et le diplôme obtenu, mon état ne s’est pas atténué, au contraire. La naissance de mon fils m’a permis de les oublier pendant un certain temps, mais au fil du temps, les problèmes ont commencé à réapparaître à nouveau et de façon encore plus intense, en même temps que la prise de conscience que je ne peux absolument pas m’occuper seule de l’éducation de mon fils et que je n’ai aucune idée de ce que je devrais et de ce que je veux faire dans la vie. Aujourd’hui, je le sais, je suis reconnaissante d’avoir pu rencontrer les filles de RM, et je suis heureuse de ce que je peux faire chaque jour grâce à RM et maintenant grâce aussi au projet VEN lui-même. Je ressens la valeur et l’utilité de notre travail et surtout l’enthousiasme qui grandit avec chacun de nos « clients » qui le ressentent en même temps que nous.

 

Scroll to Top